Nos enfants seront-ils tous des makers ?

A 2 ans, ils savent lancer des vidéos et naviguer dans un album photo. A 3 ans ils utilisent nos appareils photo. A 5 ans ils savent utiliser un ordinateur. Nos enfants sont nés avec la technologie, ils se l’approprient et la maitrisent là où nous tâtonnons. Que feront-ils de ces connaissances ? Deviendront-ils tous des makers ? Comment les accompagner aujourd’hui à construire un meilleur demain ?

Définition du mouvement makers

Nous avons tous en nous l’envie profondément encrée de fabriquer des choses de nos propres mains. Le 20ème siècle a vu la production de masse minimiser ces tâches manuelles et les limiter à un simple hobby : il n’était plus question de réellement créer, mais de bricoler par plaisir.

Depuis les années 70, le mouvement DIY a replacé l’humain comme acteur, celui qui fait plutôt que celui qui consomme ou qui regarde. Cette philosophie s’accompagne d’une véritable envie de collaborer, d’échanger, de partager la culture et l’information.

L’arrivée du numérique a accéléré les choses et fait apparaître la culture maker. La génération Internet s’est appropriée l’outil et l’a utilisé pour continuer à créer toujours plus. Être maker, c’est utiliser de manière créative toute l’étendue de la technologie et du prototypage dans le but d’innover en réconciliant l’esprit (le savoir) et la main (le faire).

Maker mouvement Kid
Atelier Makers – Fabrication d’un robot

Comme le DIY, le mouvement maker repose sur un apprentissage communautaire et collaboratif. Et miroir de la génération, l’amusement et à l’accomplissement personnel sont au coeur des motivations des makers. Loin des barrières traditionnelles, ils s’enrichissent et s’épanouissent en participant à leur niveau à l’innovation collective.

Faire et partager son savoir-faire.

Le mouvement maker dans le monde de demain

Difficile de dire de quoi seront faites les générations futures. Mais le mouvement maker a commencé à façonner le monde dans lequel nous évoluons. Apple – pour ne citer qu’eux – a profondément transformé nos rapports à la technologie. Steve Wozniak et Steve Jobs n’étaient-ils pas de parfaits makers ?

Le milieu professionnel en est également profondément chamboulé. Les tâches manuelles et répétitives sont aujourd’hui principalement prises en charge par des machines.

Notre valeur ajoutée se situe dans l’innovation, là où aucune machine ne sait encore remplacer les idées d’un cerveau humain.

Et nos enfants dans tout ça ?

Il nous paraît important de les aider, très tôt, à mieux comprendre le monde dans lequel ils grandissent et leur donner les clés pour un meilleur demain. Développer un esprit maker permettra probablement à nos enfants de vivre et s’épanouir au mieux. Devenir des adultes libres de penser mais aussi de créer en s’affranchissant des barrières.

Dis-moi et j’oublierai. Montre-moi et je me souviendrai. Fais-moi participer et je comprendrai.

proverbe chinois

Le mouvement maker signifie cesser de demander aux enfants d’apprendre passivement et « par coeur ». Cela demande de valoriser l’apprentissage par la pratique, la résolution de problème créative et le travail en équipe.

Les engager dans le mouvement maker, c’est également une nouvelle façon de considérer l’éducation. Donner aux élèves l’accès aux meilleurs outils – technologiques ou non – afin qu’ils se les approprient et les utilisent pour réaliser des tâches complexes.
Le mouvement maker, c’est la philosophie profonde des jouets Tech Will Save Us.

Qui aurait cru il y a quelques années qu’un enfant de tout juste 4 ans serait capable de comprendre des notions de robotique, les appliquer à la création de machines uniquement bridées par son imagination et les partager au reste du monde ? C’est pourtant le défi incroyablement réussi de l’Electro Machine Kit.

Et le mouvement ne se limite pas aux anglo-saxons.

Les initiatives existent également en France, à l’image de Koa Koa, qui a développé tout une gamme de jouets qui mettent en avant le « faire pour apprendre » pour développer la connaissance des sciences – technologiques ou non. Les enfants peuvent ainsi découvrir les grands principes de l’électricité en fabriquant une lampe torche ultra design, ou appréhender des notions d’optique en construisant des lunettes « pour voir comme les animaux ».

Il en est de même avec les outils informatiques, devenus indispensables dans nos vies. Permettons à nos enfants d’en maitriser le fonctionnement pour qu’ils soient davantage qu’un outil de consommation. s’offrent à eux.

Cubetto permet de les initier à la logique du code dès 3 ans là où Kano ou le Gamer Kit leur permet dès 6 ans d’en comprendre les aboutissements et toutes les possibilités qui s’offrent à eux.

Ce sont ce genre d’initiatives qui permettront de créer la prochaine génération d’innovateurs, qui inspireront à leur tour les futures grandes évolutions du monde.
Nos enfants ont encore tant à créer.


Les recommandations liées à cet article

  • Cubetto : le robot pour apprendre la logique du code sans écran, dès 3 ans
  • Kano : l’ordinateur à monter soit même. Le système développé spécifiquement pour les enfants leur apprendre à coder étape par étape à travers des jeux, dès 7 ans
  • Les articles de la gamme KoaKoa de 4 à 8 ans à retrouver sur la boutique Apiki
  • Les articles de Tech will Save Us de 3 à 11 ans
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like